Menu
Nombre de visiteurs

Week end à Paris

Lors des dernières vacances scolaires j'ai eu l'occasion de me rendre à Paris... en avion bien sûr ! Comme toujours je suis impatient car j'espère pouvoir faire quelque chose de génial : le voyage dans le poste !
Le jour du vol arrive, je m'enregistre, et attends l'embarquement. Dans la passerelle, je regarde à travers les vitres le poste : les deux pilotes sont à l'intérieur, et ça c'est pas terrible. C'est mieux quand il y en a un qui accueille les passagers, comme ça on peut lui demander directement. Mais là il y a seulement la chef de cabine : tant pis, on fera avec. J'arrive, armé de ma licence de la FFA, et lui demande s'il serait possible de faire le voyage dans le poste. Il y avait un petit trou dans l'entrée des passagers, elle me prend ma licence, me dit d'attendre dans le gallet, et va demander au commandant. Au moins on sera fixé. C'est bon je peux entrer. Entrer dans le plus beau bureau du monde, comme disent certains.... à juste titre. Je m'accroche au jumpseat, et non content d'avoir squatter la place, je demande l'autorisation de filmer. Ils acceptent, et c'est parti pour une petite vidéo. Le Pilote en Fonction (PF), le copi, demande la mise en route, mais pour la 29.
Bon alors là, faut que je vous explique. Il y a à Bordeaux 2 pistes, qui se croisent. Le fait est que à cause des riverains, la 23 est ultra majoritairement utilisée, même en cas de vent de travers ou arrière. Donc le PF annonce au Commandant de bord qu'il demande la 29, alors que la 23 est en service.
"-AF 261YO, bonjour, on souhaiterait la clairance pour la 29...
-..... AF YO, il y a une raison particulière à votre demande ??
- Ben ça raccourcirait notre roulage et il y avait du vent de travers à l'atterrissage tout à l'heure.
- AF YO, les derniers vent du 230 pour 5 knots. La 23 en service"
Bon tant pis, on aura essayé. En même temps, je sais pas d'où ils le sortent leur vent dans l'axe, la manche à air indiquait quand même un sacré vent traversier.
La mise en route s'effectue normalement, et on roule pour la.... 23 ! Faut suivre un peu ! On s'aligne derrière un HS25 qui "a pas finassé l'attero" dixit le cdt, et on décolle, en suivant la procédure publiée. La montée se passe normalement et le cdt attaque les paquets de petits gâteaux qu'il a piqué aux hôtesses pendant l'escale.
"-Alors tu veux devenir de pilote de ligne ??
- Ouiiii :-D
- Pour aller vers l'est et boire du jus d'orange ?? Parce que moi c'est pour ça que j'ai voulu devenir pilote !!"
J'avoue que sur le coup j'ai pas compris l'allusion... mais un peu après. C'est en fait une référence à une pub de Tropicana qui montrait un pilote qui racontait à sas passagers qu'il avait voulu devenir pilote pour aller vers l'est et boire du jus d'orange.
EDIT : voici la pub en question :

La croisière se déroule normalement, le cdt (décidément un comique) ayant sorti "les coloriages pour s'occuper", devant mes yeux ébahis et un fou rire du PF. C'est bien la première fois que je vois un pilote faire des sudokus en plein vol !! La descente est déjà amorcée, après ma traditionnelle question sur les filières pour devenir pilote.
Comme d'hab à Orly c'est le bordel, des avions dans tous les sens et nous voici parallèles à la piste, mais de le sens inverse( face à l'est), en attente de l'autorisation de l'approche ILS. Une sorte de vent arrière à 6000fts et 240 knots. Soudain l'alarme "caution" s'allume, et on aperçoit à trafic à peine plus bas sur une route perpendiculaire.
"- Tu crois qu'elle (la contrôleuse) nous aurait prévenu ??"
- On lui fait remarquer ??
- Chiche !"
Bon en fait même pas cap. On poursuit notre "vent arrière", en s'éloignant franchement de Paris...
"-Elle nous a oubliés ?? Youhou !!!"
La cdt décide de réduire la vitesse, et enfin le contrôle nous rappelle.
"- AF YO, tourné à gauche cap 360, accélérez 250 knts, autorisé approche ILS..."
Elle a pas aimé qu'on ait ralenti...
"- D'accord mais on aperçoit Strasbourg là !!" lui répond le cdt. Ni le PF ni moi ne pouvons nous retenir et explosons de rire. Bizarrement, la contrôleuse, elle, ne répond pas.
L'atterrissage se passe sans problèmes, et le roulage trop court nous amène à la fin du vol. Je reste encore dans le poste à savourer ses derniers instants d'un vol qui est passé trop vite pendant que les passagers débarquent. Mais au moment de partir, les pilotes me donnent leur adresse mail pour que leur envoie la vidéo du vol, que voici : enjoy !


Alexis,
Spotter de cockpit.

Commentaires

© http://pagesperso-orange.fr/passion-pilote | passion.pilote@gmail.com