Menu
Nombre de visiteurs

Taxi-flight pour Rochefort

Les classes préparatoires, ça sert à préparer les concours d'entrée aux grandes écoles. Et parmis ces grandes écoles, il y a autre autres des écoles pour devenir pilote de ligne.

Il y a donc dans toute classe préparatoire des personnes souhaitant intégrant ces écoles. C'est mon cas, et c'est également celui d'Etienne, pilote privé à Rochefort, et qui est de plus dans mon trinome de khôlle.

C'est donc tout naturellement qu'on s'était dit "je t'emmenerai faire un vol". Et puis on a eu cette idée : pourquoi ne pas profiter des vacances pour ramener Etienne chez lui, en joignant l'utile à l'agréable ?


Petit à petit, notre projet prend forme. On pose la date du premier lundi des vacances, le 22 décembre. Etienne prépare la branche allée, moi le retour que je ferai tout seul. On partirait le matin (pas trop tôt quand même, on est en vacances !), on mangerait chez lui, et je re-partirai dans l'après-midi. J'ammène un matin la carte que l'on déplie à la pause d'un cours de math. On commence à regarder par où passer, sous les yeux du prof de math qui a dû se demander ce qu'on pouvait bien préparer. Etienne aimerait faire un transit de la CTR de Bordeaux Mérignac, parce que chez lui à Rochefort, il n'y a pas de gros aéroport à côté. Ensuite, c'est plus ou moins tout droit, en traversant la Gironde. Les bases sont posées.

Je suis le premier à terminer ma branche de la nav : Rochefort-Royan-Lesparre-Mérignac-Saucats pour un peu moins d'une heure de vol. Une difficulté, la traversée de la Gironde. La réglementation impose que l'on puisse, à tout moment, rejoindre une rive en planant (en cas de panne du moteur). Je calcule qu'il nous faudra donc au minimum 2500ft (900m) pour passer en toute sécurité. Le plafond, souvent bas en hiver, pourrait nous l'empêcher.

A J-7, on commence à surveiller la météo. Le beau temps reviens, mais avec lui le froid et les brouillards matinaux qui peuvent persister toute la journée. Finalement, l'élement le plus contrariant sera le brouillard, parce qu'une fois qu'il fait suffisement chaud et qu'il se dissipe, il laisse place à un grand soleil.

Les prévisions s'annoncent bonnes pour ce lundi, mais fraiches. Deuxième élement déterminant, il faudra faire attention au froid et à l'humidité, pouvant causer des givrages très dangereux.

J-1, on est fixé : des brouillards en début de journée, puis ça devrait se lever vers 10h pour laisser place au soleil. Rdv est donc pris à 10h le lendemain.


10h, le lendemain, Etienne passe me prendre et direction le terrain. L'avion est dans le hangar, n'a pas de problème particulier, alors on s'installe à bord. La mise en route est quelque peu difficile, les 6 injections préconisées par la check-list ne suffisent pas, et un des instructeurs nous conseille de faire pas moins de 12 injections ! Bref, on démarre et on roule à la pompe car je veux partir avec le plein pour éviter d'avoir à refueller à Rochefort. Etienne découvre le frein au pied, puis apres un petit briefing de départ, nous nous alignons sur la 03 à Saucats. Il est 11h, nous décollons.

Je laisse les commandes à Etienne, qui retrouve des sensations après 3 mois sans avoir voler. Je demande le transit à la tour de Mérignac, qui nous est accordé. On passe le premier point de report, puis on arrive au second, où il nous est demandé de nous mettre en attente, à cause d'une arrivée IFR. Je n'ai toujours pas compris en quoi on gênait cette arrivée, et je pense qu'on aurait tres bien continuer vers la verticale de Mérignac. Bref, après un 360° au dessus d'une usine de Pessac, on poursuit vers la verticale, puis vers notre point de sortie.

Une fois sortis de la CTR, on demande la montée vers 2500ft et une fois stabilisés, j'annonce à Etienne : "Maintenant tu peux profiter !". Profiter du paysage, du vol, du plaisir de se retrouver là haut. Pendant ce temps, le controleur essaye de gérer son espace :
-F-XXXX, vous avez en vue d'un A320 à 2 nautiques...?
-On a le visuel, F-XX
-Rappelez lorsque vous l'aurez croisé que je le descende..." !
Petit jeu de mots surement totalement involontaire de la part du controleur, mais le moins que l'on puisse dire, c'est ce que ça peut porter à confusion !
On se reporte verticale Saint Laurent du Medoc, petit terrain en herbe paumé, puis on se prépare à traverser l'estuaire. On a l'altitude réglementaire, tous les paramètres sont dans le vert, on y va.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Etienne est concentré, Saint Laurent du Medoc

J'annonce en rigolant que si on venait à finir à l'eau, il y avait quelques bateaux pour venir nous récupérer !

Cliquez sur les photos pour les agrandir


L'estuaire de la Gironde

Une fois de l'autre coté, je commemnce à atteindre les limites de mon territoire. Par contre Etienne se rapproche de sa région et sait parfaitement où on va. Dernier report, et on arrive à Rochefort, au milieu des marais charentais.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Changement de décors une fois arrivés en Charente-Maritime

On ammorce la descente, on est seuls, et en auto-info. Par contre, pour la première fois de tout le vol, on rencontre des turbulences. On se fait carrement secouer comme des pruniers pendant l'intégration. Base puis finale sur la 31, avec un fort vent de travers, je me prépare à aider Etienne au cas où. Mais je n'en aurai pas besoin, on se poseet on roule au parking, où nous avons l'embarras du choix pour nous garer car on est seuls ! On coupe le moteur, et on décompte 1h20 bloc-bloc. Fin des activités pour ce matin, un repas chez Etienne nous attend avec sa famille au grand complet.


14h30, le ventre plein, nous retournons au terrain où il n'y a guere plus d'activité que le matin, le club house de l'aéroclub est juste ouvert. On imprime les dernieres cartes météo (il fait grand beau !), puis je retourne à l'avion. Prévol, puis je m'installe. Je dis au revoir à Etienne, et je mets en route. Roulage pour la 31 avec un vent plein travers, mais Etienne me rappelle à la radio et me conseille la 13. Qu'à celà ne tienne, je remonte la 13, je fais demi tour sur la large piste, et je suis pret pour le décollage.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Le même, mais dans l'autre sens et seul à bord à présent

Du moins c'est ce que je crois, car en réalité, dans la précipitation j'ai oublié de faire mes check-lists de décollage. Je corrige et je m'élance sur la 13, avec 15 bons noeuds de vent plein travers qui me secouent un peu en montée initiale. Je monte vers 3000ft et je réveille le controleur de La Rochelle, puis je passe avec Aquitaine Info qui est lui beaucoup plus occupé. Je devais avoir un peu du vent de dos, ou grace à l'altitude car je suis en avance car mes estimées.

Je tarde un peu avant de demander la descente vers 1500ft pour le transit retour dans la CTR de Mérignac, puis pour contacter le controleur de la tour Mérignacaise. Je m'appretais à faire un 360° pour avoir le temps de m'annoncer, mais à peine je l'appelle qu'il m'autorise le transit direct vers la verticale. Lui n'est pas tres occupé. Avant la verticale, je suis d'ores et déjà autorisé à poursuivre directement vers Saucats au lieu de suivre les itinéraires imposés.

Il ne me reste plus qu'à faire une intégration standard, un tour de piste et l'atterrissage à Saucats. Temps de vol total : 1h02

Au final, un vol très agréable, tant par la destination que par l'intention du voyage. On réfléchit à organiser une deuxième édition...

Alexis
Pilote Non en Fonction


Commentaires

© http://pagesperso-orange.fr/passion-pilote | passion.pilote@gmail.com